Dani pedrosa

Dani Pedrosa : Tout ce que vous devez sur lui

Découvrez la belle histoire de Dani Pedrosa, pilote de moto espagnol ! Infos-Motopiste vous propose également d’autres biographies de pilotes moto.

Présentation de Dani Pedrosa

Dani Pedrosa est le fils aîné d’une famille modeste de Castellar del Vallès (Barcelone). Il a reçu son plus grand soutien de son père, Antonio Pedrosa, et en particulier de sa mère, Basilia Ramal, bien que son fan le plus enthousiaste soit son frère Eric, qui a cinq ans de moins que Dani.

Pedrosa grandit en regardant des vidéos de champions tels que Wayne Rainey, Eddie Lawson et Michael Doohan, sa grande idole aux côtés de Valentino Rossi, mémorisant tout ce qu’ils faisaient sur les différents circuits. En 1989, alors qu’il n’avait que quatre ans, son père lui a offert un motocross Italjet 50 avec deux roues à appui latéral.

À l’âge de six ans, il a enfourché sa première moto de poche, une réplique miniature d’une Kawasaki, avec laquelle il a commencé à participer à des courses locales. À l’âge de dix ans, il a participé au championnat espagnol de minibike, terminant troisième en 1997 et devenant champion l’année suivante. Dani a gagné avec une autorité totale, mais le manque de budget a failli mettre fin à sa carrière prometteuse.

C’est alors qu’apparaît la figure de l’ancien coureur Alberto Puig, élu directeur technique d’une formule révolutionnaire de recherche de nouveaux talents, la Movistar Activa Joven Cup, créée en janvier 1999 grâce au financement de l’entreprise téléphonique du même nom. Pedrosa, qui devait tenir son coussin parce qu’il ne pouvait pas atteindre le sol avec ses pieds (il mesure 1,58 mètre et ne pèse que 49 kilos), et qui avait appris en une semaine seulement à changer de vitesse sur un vrai vélo car ses minibikes étaient automatiques, a concouru la même année dans la Movistar. Il est l’un des trois pilotes sélectionnés par Puig pour participer au championnat d’Espagne 125 cc 2000, avec Joan Olivé et Raúl Jara, un grand ami de Pedrosa. Quatre pole positions en six courses et une quatrième place au classement final ont suffi à Puig pour l’inclure dans l’équipe Telefónica Movistar Honda qui allait disputer le championnat du monde 125 cc en 2001.

Dani Pedrosa dans le championnat du monde

En 2001, à seulement quinze ans (le plus jeune coureur de l’histoire à participer au championnat du monde), il a étonné tout le monde par sa détermination et son courage. Lors d’une saison de percée, il obtient son premier podium à Valence (troisième), après une course épique où il s’est mesuré aux meilleurs de la catégorie. Mais son exploit ne s’arrête pas là, puisqu’au Japon, il monte à nouveau sur le podium sur la même marche et termine huitième du championnat du monde, étant élu « Meilleur Rookie » de la saison.

En 2002, il poursuit son apprentissage, mais il était déjà clair qu’il serait champion dès la première tentative et qu’il était un pilote aux qualités inhabituelles. Malgré son humilité proverbiale, il ne se contenterait pas de la deuxième place. Son manager Puig a commenté : « Il est comme une éponge. Vous lui parlez, il vous écoute, traite et ensuite agit ». Cette année-là, il a déjà remporté sa première victoire spectaculaire, sur le circuit néerlandais d’Assen, et il l’a répétée à Cheste (Valence). Il termine la saison avec neuf podiums, six pole positions et une troisième place au championnat du monde.

En 2003, il a touché le ciel et est descendu en enfer. Après une campagne solide, au cours de laquelle il n’a terminé que deux fois sous la sixième place (plus une course non terminée et deux autres non disputées sur les seize que compte le championnat du monde), il a couronné ses cinq victoires et sa deuxième place au Grand Prix de Malaisie par son premier titre de champion du monde 125cc sur une Honda. Seul l’expérimenté italien Stefano Perugini a pu défier le jeune homme, qui est devenu le plus jeune Espagnol à remporter le titre mondial à l’âge de 18 ans et 13 jours, et le deuxième de l’histoire après Loris Capirossi, champion du monde 1999 à l’âge de 17 ans et 165 jours. Sur le podium, il a « pleuré comme un enfant », comme l’a dit sa mère dans une célèbre publicité télévisée dans laquelle elle apparaissait avec son fils.

À peine le temps de fêter le titre que six jours plus tard, l’inattendu survient, d’autant plus chez un pilote aussi sûr de lui, qui réalise une symbiose parfaite avec sa moto, comme si elle était d’un seul tenant. Au huitième tour des essais libres sur le circuit australien de Phillip Island, l’avant-dernier Grand Prix du championnat, alors qu’il roule à 170 kilomètres à l’heure, au lieu de  » négocier  » le virage (comme on dit dans le jargon) et de se diriger vers la droite, il part à gauche, heurtant des deux pieds la glissière de sécurité devant, qui est trop proche (la distance sera modifiée la même année). Lors de l’impact, il s’est fracturé les deux chevilles et l’astragale de la jambe gauche.

Les médecins lui ont conseillé de se faire opérer à Cowes, la ville la plus proche et la plus importante, car s’il était transféré en Espagne, il risquait de subir une nécrose. Mais l’appareil à rayons X ne fonctionnant pas, il a finalement été transféré à l’Alfred Hospital de Melbourne, où deux vis ont été placées dans la malléole droite et quatre dans la gauche, car l’astragale est un os mou et humide, plein de cavités dans lesquelles circule le sang. Les pessimistes disaient qu’il ne pourrait plus jamais marcher normalement, et encore moins courir, mais ils ne connaissaient pas la volonté de Dani.

Après une semaine aux soins intensifs à Melbourne, il est rentré en Espagne. Cinq semaines d’immobilisation et quatre mois de rééducation et de préparation physique l’attendent, qu’il effectue à la Résidence Blume du Centre de Haute Performance de Sant Cugat (Barcelone), avec des séances quotidiennes de huit heures, supervisées par son préparateur physique, Daniel Suñé. Surmonter cette transe a encore renforcé sa volonté naturelle.

Dani Pedrosa : Retour au champion

Personne n’a pu croire ce qu’il a vu à Valence : peu avant le début de la saison 2004, Pedrosa est remonté sur une moto, cette fois une 250, pour voir comment il se sentait. C’était un nouveau départ, à partir de zéro, et en plus, avec une plus grande cylindrée. Il a fait des temps incroyables. De plus, dans un pari très risqué, il a défié la marque en décidant de courir avec le châssis 2003, ignorant le travail que les ingénieurs japonais avaient réalisé après six mois d’expérimentations. Dani a adapté la Honda RSW 250 à son goût et à son instinct.

Fort de la confiance acquise lors des essais sur le circuit Ricardo Tormo, il s’est rendu à la première course, en Afrique du Sud, pour se familiariser avec la moto et ses nouveaux concurrents. Non seulement il s’est élancé de la première ligne de la grille, mais il a également remporté la course, devenant ainsi le plus jeune rookie 250 à remporter un Grand Prix. Depuis lors, il est monté sur douze podiums en quatorze courses et n’a manqué des points qu’à Jerez en raison d’une chute sous une pluie battante. Avec sa quatrième place à Phillip Island, où un an plus tôt sa carrière avait failli s’arrêter, il devient le plus jeune pilote à remporter deux titres consécutifs dans deux catégories différentes, ce que seul l’Italien Carlo Ubbiali avait réussi en 1959 et 1960.

Avec le titre 2004, le motocyclisme espagnol (qui connaissait l’une de ses meilleures années depuis 1999, année de la victoire d’Emilio Alzamora en 125cc et d’Àlex Crivillé en 500) compte désormais 27 titres mondiaux à son actif. Selon tous les experts, Pedrosa projetait l’image du pilote du futur, le seul qui, s’il continuait sa progression, serait capable d’égaler les records de Valentino Rossi, qui, avant même que l’Espagnol ne soit couronné champion, avait proclamé sans équivoque :  » Dani, tu es un pilote hors-série « .

La saison 2005 a été la confirmation de son règne dans la classe des quarts de litre. Pedrosa a été une fois de plus couronné champion à deux Grands Prix de la fin, battant un Casey Stoner qui a parfois inquiété le pilote espagnol, mais qui, au final, n’a pas été à la hauteur. Pedrosa a commencé par une victoire au Grand Prix d’Espagne, ce qui laisse présager une grande saison. Cependant, les deux tours suivants se sont soldés par de mauvaises quatrième et sixième positions, ce qui semble être le symptôme d’un titre plus compétitif.

Cependant, Pedrosa a enchaîné quatre victoires consécutives et une deuxième place au Japon, ce qui l’a placé en excellente position pour remporter le titre. En Malaisie, il a échoué, chutant, et Stoner a saisi l’occasion de combler l’écart au classement en franchissant la ligne d’arrivée en premier. Au Qatar, Stoner a encore gagné, et Pedrosa n’a pu que terminer quatrième. L’arrivée des trois dernières manches promettait d’être très serrée, l’Australien n’ayant que vingt-six points de retard sur Pedrosa. Cependant, la performance de Pedrosa et la chute prématurée de Stoner sur le circuit australien ont creusé un écart de plus de cinquante points entre les deux, ce qui a permis à l’Espagnol de remporter le titre. Une autre deuxième place en Turquie a été le prélude à un adieu de champion au Gran Premio de la Comunidad Valenciana, où il a une fois de plus démontré son énorme classe en franchissant la ligne d’arrivée en premier.

L’arrivée de Dani Pedrosa en MotoGP

En 2006, après avoir remporté son troisième championnat du monde, Pedrosa a décidé de faire ses débuts en Moto GP, la catégorie reine, avec la meilleure équipe de la dernière décennie, le team Repsol Honda. Il était assisté par Alberto Puig, qui a planifié le changement de catégorie avec prudence et a concentré son travail sur l’apprentissage et l’adaptation aux grandes différences entre une Moto GP et une 250cc.

Sa préparation acharnée et sa progression à l’entraînement lui ont permis de faire de magnifiques débuts dans la catégorie, ce qui lui a valu le titre de rookie de l’année après deux victoires, six podiums et une cinquième place au championnat. Lors de sa première course à Jerez, il a terminé deuxième derrière Loris Capirossi. Les courses suivantes ont été marquées par des hauts et des bas, mais lors du Grand Prix de Chine, il a finalement pu s’imposer, accompagné sur le podium par son coéquipier Nicky Hayden, qui allait remporter le titre de champion du monde, tandis que l’équipe Repsol Honda remportait le titre de constructeur et que Pedrosa était élu Rookie of the Year. Cette saison a été riche en succès pour l’équipe.

En 2007, Pedrosa a abordé la saison avec l’objectif de franchir une nouvelle étape dans sa progression. Il renoue avec l’équipe Honda Repsol HRC et atteint la deuxième place du championnat du monde de Moto GP derrière l’Australien Casey Stoner, et parvient même à battre Rossi lors du dernier Grand Prix à Valence. Après cette deuxième place, il semble clair que seuls Stoner et Pedrosa ont une chance dans un avenir proche de détrôner l’actuellement imbattable Valentino Rossi, qui a remporté son sixième titre mondial dans la catégorie reine en 2008.

Nos derniers articles

1 réflexion sur “Dani Pedrosa : Tout ce que vous devez sur lui”

  1. Ping : Jorge Lorenzo : Tout ce que vous devez savoir sur lui !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.