choisir sa moto piste

Comment bien choisir sa moto de piste ?

Il n’y a rien de plus gratifiant que de créer la moto de piste de ses rêves à partir d’un simple modèle de route. Ce que nous vous proposons dans cet article est un guide honnête et désenchanté sur ce que vous devez savoir pour obtenir le meilleur… 

Vous découvrirez également d’autres conseils sur les équipements et accessoires à avoir sur la plateforme. Infos Motopiste, vous propose divers guides d’achat, et d’entretien pour vos machines de circuit !

Choisir sa moto de piste : Dépenser le bon montant !

Partons d’une prémisse : aller à la piste, c’est génial. Si vous n’en avez jamais fait l’expérience, vous n’avez probablement pas idée à quel point c’est cool de pouvoir pousser sa moto jusqu’à ses limites dans un environnement sûr et contrôlé, conçu spécialement pour vous permettre d’exploiter le potentiel de votre bête d’une manière que vous ne pourriez guère faire sur la route. Si vous y êtes allé… Il y a de fortes chances pour que vous vouliez y retourner. Et pas seulement une fois, mais de manière continue – et c’est vers vous que nous nous tournons.

Avoir une moto piste : les avantages !

Avez-vous déjà envisagé d’acheter une moto destinée uniquement à la piste, à côté de celle que vous conduisez normalement dans la rue ? À première vue, l’idée peut sembler coûteuse, mais si vous faites les calculs, les avantages ne sont pas négligeables. Une moto de combat sur laquelle vous ne devrez pas payer de taxe ou d’assurance, préparée exclusivement pour une utilisation sur les trottoirs ; une moto construite selon vos préférences (suspension, géométrie, freins), sur laquelle vous pourrez laisser les bons pneus (slicks ou composés), et débarrassée du superflu (phares, clignotants, carénages standards) pour l’alléger et faire en sorte que les conséquences d’une chute ne soient pas aussi catastrophiques que sur la moto que vous devriez utiliser le lendemain pour la balade du week-end.

Sans compter que l’opportunité de s’aventurer dans des trophées amateurs s’ouvrirait devant vous ; une belle occasion de s’amuser et de tester ses compétences dans une vraie course, organisée selon les règles de la compétition de haut niveau. Nous vous avons séduit ?

Si vous avez l’intention de participer à une course, vous devez tenir compte de votre budget. Non seulement en termes de coût de la moto, mais aussi en termes de ce que cela signifie d’affronter plusieurs week-ends de course loin de chez soi, voire de budgétiser le coût de la réparation des dommages causés par un accident. Ce que nous voulons vous donner ici est donc une analyse honnête et désenchantée, traitant des critères généraux avec lesquels il faut aborder la transformation d’une moto de route en moto de piste, avec tout ce que cela implique.

Choisir sa moto de piste : laquelle choisir pour débuter ?

Il est évident que la moto à utiliser pour la conversion doit être recherchée sur le marché de l’occasion. Cette dernière offre un large choix en termes de motos sportives, avec la possibilité de satisfaire différents niveaux de budget. Si vous débutez sur la piste, nous vous conseillons de ne pas opter tout de suite pour un maxi, qui, avec la puissance qu’il implique, pourrait vous traumatiser, ou vous faire apprécier très peu l’expérience de pilotage. Mieux vaut opter pour une 600 japonaise du début de la dernière décennie. Vous pouvez choisir entre la R6, la GSX-R, la ZX-6R et la CBR-RR, que vous devriez pouvoir ramener à la maison pour environ 5 000 euros. Ou, encore mieux, pour une Triumph Daytona 675 ou une Suzuki GSX-R750. Ces dernières, tout en offrant une puissance « humaine » – de l’ordre de 120 ch au guidon – ont ce petit plus en termes de couple et de distribution qui vous facilitera la vie sur les pistes les plus sinueuses.

Choisir sa moto de piste : vous êtes déjà un expert ?

Si vous avez un peu d’expérience, les répliques de SBK sont évidemment l’option la plus excitante. En ce qui nous concerne, nous vous conseillons d’opter pour une moto dotée d’aides électroniques, même si vous êtes un fan des sportives pures et dures d’antan. Le budget requis augmente un peu par rapport aux 5 000 € mentionnés ci-dessus, mais il ne faut pas se la jouer cool ; lorsqu’il s’agit d’une puissance supérieure à 170-180 ch au volant, la présence d’un contrôle de traction n’est pas un aveu d’incompétence, mais plutôt un facteur qui rend l’expérience de conduite plus agréable et plaisante.

Les modèles à rechercher, dans ce cas, sont ceux qui sont les plus populaires sur les circuits. Nous parlons donc de la BMW S1000RR de première et deuxième génération, de la Kawasaki ZX-10R et de la Yamaha R1 après 2011 (après l’introduction du TC sur les deux), et de l’Aprilia RSV4 avec APRC. Les Honda et Suzuki de l’époque n’avaient pas encore d’électronique, tandis que les Ducati, en plus d’être plus chères à l’achat, sont aussi plus chères à réparer en cas de chute.

Choisir sa moto de piste : Méfiez-vous des escroqueries

En conclusion, l’achat d’une moto déjà préparée pour la piste (entièrement ou partiellement) peut être une bonne affaire. Il faut toutefois se méfier des escroqueries, qui sont légion dans ce cas. Le risque, en effet, est de tomber sur des véhicules pressés et  » fatigués  » par des années de course et de piste, ce qui pourrait vous poser toutes sortes de problèmes. Donc, si vous n’êtes pas sûr du genre de vie qu’a mené la moto qui vous intéresse, il vaut mieux l’éviter. Acheter une moto de route et la transformer au fur et à mesure en fonction de votre budget et de vos préférences est certainement une option plus sûre et plus gratifiante.

Choisir sa moto de piste : Remplacer les carénages de la route

Une fois que vous avez acheté la moto à transformer, la première chose à faire est de remplacer les superstructures. Les carénages de route, en fait, ne sont pas les meilleurs pour la conduite sur piste. Ils sont lourds, délicats, compliqués à démonter et à remonter, et très coûteux à remplacer, si vous les endommager lors d’un accident. Sans compter qu’ils ne passeraient pas le contrôle technique si vous vouliez vous essayer à la course. Votre seul choix est donc de retirer le matériel original et de le conserver pour une vente ultérieure. Vous pouvez aussi le mettre sur eBay ou subito.it (Facebook Marketplace pas mal non plus) pour financer d’autres parties de votre projet de moto de piste.

Conseils pour trouver le bon carénage pour votre moto de course !

En haut de la liste, vous devez placer les fabricants de carénages de bonne qualité, avec des kits spécifiques pour votre moto, qui ne nécessitent pas de travaux d’adaptation. Le choix est très large, mais nous vous conseillons au moins d’éviter les chinooks bon marché que vous pouvez trouver pour quelques euros sur Aliexpress et autres ; les histoires d’horreur de panneaux de carénage bon marché s’ouvrant comme des drapeaux à 250km/h au milieu de la ligne droite ne sont pas rares dans les récits des paddocks. En moyenne, un bon jeu de carénages en fibre de verre coûte pas moins de 4 à 500 euros, selon le modèle.

Lorsque vous commandez un nouveau kit de carénage, vous pouvez choisir une couleur neutre (généralement blanche ou noire), peut-être déjà recouverte d’une couche de vernis transparent, prête à être remplie d’autocollants ou emballée. Il existe également des kits d’autocollants à appliquer sur les carénages de piste avec des graphiques plus ou moins officiels de type MotoGP ou SBK. N’oubliez pas que plus la finition est précieuse (peinture, graphiques, autocollants), plus les dépenses en cas de réparation des dommages sont importantes. Actuellement, les carénages les plus intéressants à acheter sont ceux en aviofibre, car ils offrent un excellent rapport prix/qualité/robustesse. L’option pour les riches, en revanche, est un kit complet en fibre de carbone – généralement si sexy qu’il n’a pas besoin d’autocollants ou de peinture.

Choisir sa moto de piste : Les suspensions

La plupart des répliques de course modernes sont équipées d’une excellente suspension. Et ils offrent déjà tout ce dont vous avez besoin en termes de matériaux et de réglages pour vous permettre de faire de très bons tours de piste. Toutefois, si vous avez acheté une moto vieille de dix ans, il est probable que la suspension ne soit plus en aussi bon état qu’à l’état neuf. Dans tous les cas, si vous prévoyez de participer à des courses ou de faire de nombreux tours de piste pendant les saisons chaudes, vous devez absolument envisager de remplacer les unités d’origine par des composants du marché secondaire. Sans nécessairement viser le sommet de ce qui est disponible sur le marché, un bon monoamortisseur avec tous les réglages (nous parlons d’environ 1 000 euros) et un kit de cartouche de fourche (encore 1 000 euros) amélioreront considérablement l’efficacité de l’hydraulique, vous permettant de maintenir une constance optimale des performances au fil des tours.

Choisir sa moto de piste : Les limites de la suspension d’origine en usage sur piste

Les principales limites de la suspension « ancienne », ou en tout cas des unités montées de série sur les motos sportives de milieu de gamme d’il y a quelques années, sont au nombre de deux. La première est qu’ils sont moins rigides et spécialisés que ceux du marché secondaire, et donc moins aptes à supporter les contraintes d’une utilisation sur piste. Mais le vrai problème est qu’en cas d’utilisation à la limite, ils ont tendance à surchauffer assez rapidement (surtout si la température ambiante est déjà élevée),  » perdant  » les réglages. Ainsi, courbe après courbe, la confiance ressentie au début de la session s’évanouit. Les suspensions de seconde monte, en revanche, ne sont pas conçues pour répondre ne serait-ce qu’aux compromis d’une utilisation sur route ; elles sont axées sur une utilisation extrême, de sorte qu’elles ne souffrent pas autant du stress créé au fil des tours.

Choisir sa moto de piste : Conseils pour économiser de l’argent

Si votre budget est un peu serré, au lieu de remplacer la suspension dans son intégralité, vous pouvez essayer de changer d’abord le matériel interne, en commençant par un kit de ressort à huile pour la fourche par exemple (150 euros). Le monoamortisseur, quant à lui, peut être révisé (150 euros), peut-être en changeant simplement le ressort (100 euros).

Essayez de dépenser la bonne somme d’argent et gardez à l’esprit que les suspensions de marque du marché secondaire ne souffrent pas particulièrement de l’usure. De plus, ils peuvent souvent être remis dans un état pratiquement neuf grâce à un service du fabricant ou d’un spécialiste. Cela dit, n’oubliez pas que personne ne donne rien et que, même ici, les bonnes affaires à prix cassés peuvent se révéler des boomerangs.

Si vous achetez un nouveau kit, n’oubliez pas d’expliquer clairement lors de la commande le rythme auquel vous roulez, votre poids corporel et le type de pneus que vous utiliserez. Ces éléments permettent au fabricant de choisir un ressort avec une bonne élasticité et de vous donner une bonne configuration de base pour commencer.

Choisir sa moto de piste : Les bons freins pour votre moto de course !

Les mêmes considérations que pour la suspension s’appliquent au système de freinage. Les composants standard ont généralement tendance à perdre de leur efficacité avec le temps et l’utilisation à la limite de la moto. Par rapport à la suspension, cependant, les freins peuvent être actionnés par beaucoup plus d’étapes. En fait, vous pouvez commencer par des niveaux de coûts inférieurs et monter progressivement jusqu’à transformer complètement les performances du système.

La première chose à faire, surtout sur les motos japonaises d’il y a quelques années, est de remplacer les conduites de frein standard par des conduites à tresse aviation. Ensuite, il est préférable d’effectuer une purge complète (et exécutée par un expert) du circuit hydraulique avec du liquide frais et de qualité. Étant donné qu’il est bon marché, il n’est absolument pas logique de lésiner sur ce dernier point. Des tuyaux tressés et du liquide frais vous donneront une sensation plus directe et une plus grande résistance aux contraintes que des raccords en caoutchouc avec du liquide usagé. En même temps, vous pouvez opter pour des plaquettes spécifiques aux circuits (par exemple, Brembo Z04). Ces derniers offrent une réponse plus agressive et dispersent mieux la chaleur, réduisant ainsi la décoloration lors de sessions plus longues. De cette manière, avec une dépense d’environ 200 euros, vous devriez déjà obtenir de bons résultats.

Maître-cylindre, disques et étriers de frein

L’étape suivante consiste à remplacer le maître-cylindre. Peut-être avec un radial à empattement réglable (comme le Brembo RCS, environ 250 euros), qui en pratique, avec la même force appliquée au levier, génère une plus grande pression dans le système hydraulique, augmentant la puissance de freinage tout en maintenant une modulabilité et une sensation optimales.

Si les disques d’origine ne sont pas déformés ou en mauvais état, ils devraient théoriquement convenir à une utilisation sur circuit. Cela dit, en les remplaçant par des composants de course (500 euros la paire), vous obtiendrez plus de puissance de freinage et plus de sensations. Cependant, en usage amateur, vous ne remarquerez pas de différence substantielle à court terme.

Il en va de même pour les étriers, qui constituent l’ultime amélioration du système de freinage. Si votre moto est déjà équipée d’étriers radiaux de série, il vous faudra dépenser beaucoup pour constater des améliorations (à partir de 600 euros), donc le jeu n’en vaut probablement pas la chandelle.

Si vous êtes intéressé par la course automobile, faites attention aux règlements, qui sont très restrictifs en matière de systèmes de freinage. Pour suivre la spécification Superstock, vous devez retirer le circuit ABS et toutes les tuyauteries associées (ce qui nécessitera également un travail logiciel sur l’ECU), et améliorer les conduites de frein avec deux conduites allant du maître-cylindre à chaque étrier.

Une solution intéressante

Un dernier raffinement : vous pourriez envisager de monter une commande au pouce pour le frein arrière sur le guidon gauche. Les avantages ? Compenser le fait que votre moto n’a pas d’anti wheelie et mieux gérer l’adhérence arrière en sortie de virage. En théorie, il s’agirait d’une affaire de professionnels, mais il pourrait s’agir d’un gadget intéressant.

Ce que nous vous avons dit jusqu’à présent est sans aucun doute essentiel si vous voulez mettre en place une moto de piste parfaite. Cependant, nous ne sommes pas à court de conseils et de sujets à traiter. C’est pourquoi, dans la deuxième partie de notre guide, nous complétons le tableau en parlant du moteur, de l’échappement, de l’électronique, des pneus et bien plus encore.

Nos derniers articles

1 réflexion sur “Comment bien choisir sa moto de piste ?”

  1. Ping : Comment choisir un casque moto piste ? - Infos Motopiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.