Techniques de freinage sur piste

Freinage sur piste : les 10 choses à savoir !

Le freinage sur piste peut être très utile pour les motards. Les virages en descente en sont un exemple. Le freinage sur piste est souvent mal compris, ce qui fait que de nombreux motards évitent d’apprendre cette technique. J’entends souvent les gens dire qu’ils pensent que le freinage sur piste est une technique utilisée uniquement par les pilotes de performance et les coureurs sur route. C’est faux. Infos Motopiste te présente un article complet sur les techniques de freinage sur piste !

Cette technique de freinage est en fait très importante pour prendre des virages en toute sécurité et avec adresse. La première règle pour prendre un virage en toute sécurité est d’entrer dans le virage à une vitesse sûre.

Qu’est-ce qu’une vitesse « sûre » ? C’est une vitesse qui vous permet de négocier confortablement le virage en appliquant une accélération progressive sans avoir à décélérer ou à freiner en milieu ou en fin de virage. Une accélération régulière permet à la moto de rester stable et de prendre des virages de manière prévisible, la vitesse d’entrée doit donc permettre une conduite régulière dans le virage.

La quantité de pression de freinage nécessaire pour ralentir la moto dépend directement de la vitesse d’approche et du point où vous commencez à freiner. En freinant plus tôt, vous pouvez utiliser moins de force de freinage et en freinant plus tard, vous devez utiliser plus de force de freinage.  Cette technique est tout de même dure à maîtriser !

Être bien équipé est donc très important, Pause Moto vous conseille grâce à ses comparatifs extra !

Définition du freinage sur piste

Parfois, retarder votre freinage peut être un outil utile. Le freinage sur piste est une technique qui consiste à continuer à freiner au-delà du point de virage. Ensuite, vous relâchez progressivement les freins en vous penchant jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de pression sur les freins au moment où vous vous penchez à fond. Le freinage lent est particulièrement utile pour les virages serrés avec une vitesse d’approche relativement élevée et pour les épingles à cheveux en descente.

Sur la piste de course, le freinage sur piste est généralement effectué en utilisant le frein avant uniquement, bien que le freinage sur piste puisse être effectué avec le frein avant uniquement, le frein arrière uniquement ou les deux freins. On peut dire que le freinage moteur est aussi un freinage sur piste. 

Comme je l’ai mentionné précédemment, le freinage lent est une technique associée à la course automobile, qui permet de tenir la concurrence à distance. Mais, elle est également utile pour les motards de rue.

1. Freinage sur piste : aide à affiner la vitesse d’entrée

Le freinage sur piste est pratiqué en permanence lors des courses pour tenir la concurrence à distance.

L’un des avantages du freinage sur piste est qu’il permet au coureur de prolonger le temps et la distance utilisés pour établir la vitesse d’entrée. Cela peut être un réel avantage si un peu plus de freinage est nécessaire pour un virage serré ou pour éviter un obstacle au milieu du virage. En entrant dans un virage avec une légère pression sur les freins, vous risquez moins de dérégler le châssis si vous devez ralentir un peu plus. Pour des ajustements mineurs de la vitesse, il suffit de rester sur les freins un peu plus longtemps.

Si vous restez sur les freins après le début du virage, vous aurez plus de temps et d’espace pour régler votre vitesse d’entrée. D’un autre côté, si vous relâchez complètement les freins avant de vous pencher, vous vous êtes engagé à respecter cette vitesse d’entrée. Si vous devez ralentir davantage, vous devrez recommencer à freiner, ce qui peut facilement dérégler le châssis et stresser les pneus. Pour éviter une perte de traction du pneu avant, vous devez éviter d’augmenter la force de freinage et l’angle d’inclinaison en même temps.

Pour ceux d’entre vous qui utilisent la méthode du virage rapide pour amorcer l’inclinaison (une excellente chose à apprendre et à utiliser), comprenez qu’elle n’est pas souvent propice au freinage sur piste. La plupart du temps, vous vous engagerez plus facilement dans le virage lorsque vous freinez. Pour tourner rapidement, vous relâcherez les freins plus rapidement, immédiatement après le virage.

Appuyer sur le frein arrière un peu plus longtemps après avoir relâché le frein avant est utile pour affiner l’entrée et la vitesse en milieu de virage. Le frein arrière étant plus faible, il est plus facile d’introduire des forces de freinage plus douces.

2. Freinage sur piste : il aide à tourner

Le freinage sur piste met davantage de charge sur le pneu avant, ce qui augmente la traction pour gérer les manœuvres de contre-braquage. Il accentue également la géométrie du châssis lorsque la fourche se comprime pour aider la moto à changer de direction. Il est important de savoir que lorsque vous commencez à relâcher les freins, vous devez également détendre vos bras pour laisser la roue avant suivre librement le virage. Effectuez ensuite une transition en douceur vers l’accélérateur pour obtenir une ligne prévisible vers votre sortie.

Actionner sur le frein arrière est également utile pour aider la moto à « pivoter » autour du centre de gravité en « tirant » la surface de contact arrière vers l’arrière.

3. Freinage sur piste : il améliore la stabilité

Le freinage sur piste est également utilisé comme moyen d’améliorer la stabilité et le contrôle. Le freinage sur piste permet de minimiser le tangage du châssis vers l’avant et vers l’arrière qui se produit lors du serrage puis du desserrage des freins. Lorsque le frein avant est serré, la fourche se comprime, et lorsque les freins sont relâchés, elle rebondit et s’allonge. La fourche se comprime à nouveau lorsque la moto est inclinée dans le virage. Lors d’un freinage sur piste, les fourches restent comprimées lorsque la moto est inclinée et le rebond  » hors freinage  » est éliminé. La géométrie du train avant est également plus raide pour faciliter les virages. La suspension reste comprimée lorsque la moto se penche, puis rebondit progressivement lorsque les freins sont relâchés et que l’on appuie sur l’accélérateur.

Le freinage sur piste avec les deux freins permet de ralentir, mais aussi d’augmenter encore plus la stabilité. Le frein arrière augmente également la stabilité en « tirant » la surface de contact arrière en ligne avec la surface de contact avant, contrôlant ainsi tout effet de queue de poisson latéral.

4. Freinage sur piste : il peut être risqué (s’il est mal fait)

Le freinage sur piste est une technique qui combine à la fois les forces de virage et de freinage, ce qui signifie que vous devez utiliser une légère pression sur les freins, sinon vous risquez de perdre la traction. C’est pourquoi il est préférable d’effectuer la majeure partie, voire la totalité, de votre freinage avant le virage. Comme le freinage sur piste peut être risqué, il doit être utilisé judicieusement et évité lorsque la traction est limitée. Cependant, le freinage sur piste est une technique avancée qui peut être utile à tous les motocyclistes.

Pour apprendre à freiner sur la piste, il faut d’abord surmonter l’angoisse de voir les pneus glisser. Pour éviter de  » rentrer  » le pneu avant et de déraper, vous devez exercer une légère pression sur le frein avant et comprendre qu’une augmentation de l’angle d’inclinaison exige une diminution de la pression de freinage. Une fois ce niveau fondamental de freinage sur piste acquis, vous pouvez utiliser cette technique.

5. Freinage sur piste : aider à sauver un virage raté

Rappelez-vous que le freinage lent est une technique planifiée pour affiner le contrôle du virage et qu’il ne doit PAS être confondu avec le sauvetage d’une entrée de virage ratée (c’est ce qu’on appelle bousiller un virage parce que vous n’avez pas évalué correctement la vitesse d’entrée). Ceci étant dit, nous faisons tous des erreurs et savoir comment freiner sur la piste peut être utilisé pour réparer une erreur. 

L’une des raisons les plus courantes des accidents dans les virages est qu’un pilote entre trop vite dans un virage et fait une chute ou une sortie de route. La plupart des motocyclistes non entraînés paniquent et, soit ils lèvent la moto et quittent leur voie, soit ils freinent et dérapent. Si vous êtes adepte du trailbraking, vous pouvez freiner après l’entrée du virage tout en gardant une attitude relativement détendue (en fonction de votre excès de vitesse). 

6. Freinage sur piste : vous devez en avoir l’intuition

Pour freiner efficacement, vous devez développer une sensation pour savoir quelle puissance de freinage est possible sans perdre le contrôle. La sensation de freinage est une compétence acquise qui comprend la compréhension de la dynamique du transfert de charge sur la traction ainsi que le développement d’une sensation de la façon dont les freins de votre moto réagissent à des actions subtiles. Cette connaissance est nécessaire si vous voulez apprendre à utiliser la force de freinage de manière optimale.

Un moyen d’affiner la technique de freinage sur piste consiste à utiliser deux doigts sur le frein avant. Cela permet d’utiliser à la fois le frein et l’accélérateur, ce qui est utile pour passer en douceur du freinage à l’accélération. L’avantage du freinage à deux doigts est qu’il permet aux deux doigts restants de rester sur la poignée de l’accélérateur (généralement l’annulaire et l’auriculaire). Ceci est utile pour mettre en œuvre des techniques avancées d’accélération/freinage telles que le chevauchement du frein et de l’accélérateur ou le blipping de l’accélérateur.

7. Le freinage en douceur est aussi important que le freinage en puissance.

Il est essentiel d’appliquer la bonne pression de freinage lors du freinage sur piste. Une pression progressive sur le frein transfère le poids progressivement et évite les pics de charge sur les pneus. Mais il est également important de relâcher les freins progressivement afin d’éviter un rebondissement brusque de la suspension, ce qui peut entraîner une perte d’adhérence des pneus, notamment en cas d’inclinaison maximale. Même si vous ne perdez pas de traction, la fourche allongée peut pousser la moto dans une ligne plus large que souhaitée.

8. Utilisez la technique de chevauchement du frein et de l’accélérateur

La technique de chevauchement de l’accélérateur et du frein (Thrake ou Brottle, vous comprenez ?) est la façon dont vous passez en douceur des freins à l’accélération en étant complètement penché dans un virage. Commencez à appuyer sur l’accélérateur juste avant de relâcher complètement les freins pour faciliter la transition entre la force de freinage et la force d’accélération.

La technique de chevauchement des freins et de l’accélérateur demande un peu de pratique. Une technique utile consiste à recourber vos doigts sur le levier de frein avant lorsque vous le serrez, puis à redresser vos doigts pour relâcher la pression du frein lorsque vous appuyez sur l’accélérateur.

9. le timing est essentiel

Le temps que vous restez sur les freins est déterminé par la courbe. Imaginez que vous êtes en train de foncer dans un virage serré en épingle à cheveux en descente et que vous devez ralentir, disons de 35 à 50 Km/h. Vous freinez dans le virage, mais vous relâchez les freins bien avant le milieu du virage. Ce qui se passe alors, c’est que la gravité  » accélère la moto à un moment où vous n’avez pas assez tourné la moto. Le résultat est une ligne trop large qui nécessite un autre virage pour rester dans votre voie.  En gardant les freins un peu plus longtemps, la roue avant est orienté davantage vers la sortie du virage et non vers l’extérieur du virage.

10. La pression de freinage est cruciale

Une pression (force) de freinage adéquat permet de préserver l’adhérence mais aussi d’aider la moto à tourner plus facilement. À un certain moment du processus de freinage, peut-être au tiers du virage, vous ne freinez plus pour ralentir, mais vous utilisez les freins comme un outil pour aider la moto à tourner complètement et à se diriger en toute sécurité vers la sortie (où vous pouvez alors passer à l’accélérateur). Si vous freinez trop fort, la moto risque de se redresser au lieu de s’incliner… ce n’est pas ce que vous voulez à ce moment-là.

Le freinage sur piste demande de la pratique

Le freinage sur piste nécessite une maîtrise des freins et des virages de niveau expert, ce qui signifie que la plupart des gens doivent être prudents avec cette technique jusqu’à ce qu’ils deviennent compétents par la pratique. Une fois qu’un motard maîtrise assez bien le freinage et les virages, il peut commencer à explorer les avantages du freinage sur piste, car un jour, il aura besoin de cette compétence.

Comment pratiquer le freinage sur piste

En maîtrisant le freinage sur piste, vous pouvez entraîner votre esprit et vos muscles de manière à croire qu’il est possible de ralentir la moto même lorsqu’elle est penchée et de rester droit. Cette maîtrise vous indique non seulement qu’il est possible de sauver le virage, mais aussi quelle force de freinage peut être utilisée sans faire glisser les pneus. Si vous pensez que cette compétence apparaîtra comme par magie lorsque vous en aurez besoin, vous avez tout faux ! Vous devez vous entraîner pour mettre cet outil important à votre disposition. Comment s’entraîner au freinage sur piste ? Commencez dans un parking propre et dégagé, puis entraînez-vous sur la route où il n’y a pas de danger en surface. Ensuite, affinez et solidifiez la technique en vous rendant à une journée sur circuit et en demandant à un instructeur de vous aider à travailler cette technique.

Le freinage est l’une des compétences les plus importantes à apprendre. Entraînez-vous régulièrement au freinage d’urgence et affinez votre technique de freinage en virage afin de conserver ces compétences.

Nos derniers articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.