à savoir sur le Tourist trophy

Tourist Trophy : Ce que vous devez savoir !

Le TT (Tourist Trophy) de l’île de Man est souvent considéré comme le dernier grand événement de sport mécanique au monde, un titre amplement mérité. Chaque année, en juin, les coureurs s’affrontent sur des routes de campagne publiques fermées à deux voies, à des vitesses dépassant les 300 km/h, ce qui en fait l’une des courses de moto les plus dangereuses au monde, si ce n’est la plus dangereuse. Mais comment cet événement souvent mortel, qui se déroule sur le plus ancien circuit de moto actif au monde, est-il devenu si populaire malgré le fait que le monde actuel soit obsédé par la sécurité ? Infos Motopiste va tout vous expliquer !

Et qu’est-ce que le Tourist Trophy exactement ? Qu’est-ce qui le rend si unique ?

Le site du Tourist Trophy !

L’île de Man est une petite île dépendante de la couronne mais indépendante, située entre l’Angleterre et l’Irlande dans la mer d’Irlande. Elle est connue pour être un paradis fiscal et une destination de vacances pendant 50 semaines de l’année, mais pendant deux semaines chaque été, elle accueille l’une des courses les plus spectaculaires et les plus audacieuses de l’histoire. La topographie va des collines de bord de mer aux prairies plates en passant par les forêts denses, avec des ruines de châteaux historiques et des villages endormis éparpillés sur le territoire. Les routes qui traversent l’île passent par toutes ces caractéristiques ainsi que par les différentes villes et villages, le plus grand étant Douglas, la capitale de l’île.

Chaque été, pendant deux semaines, l’île accueille le TT. Des ferries en provenance de Liverpool transportent les coureurs, leurs équipes et leurs équipements, ainsi que les plus de 40 000 fans de la course qui envahissent l’île chaque année pendant quinze jours. Selon l’enquête 2013 du gouvernement de l’île de Man, la fréquentation est passée de 30 787 personnes en 2010. Pendant cette période, l’île s’anime, des fêtes ont lieu tous les soirs et de nombreux magasins, restaurants et hôtels ouvrent exclusivement pour le TT.

Avec plus de 25 millions de livres sterling dépensées sur l’île par les équipes et les fans, les résidents locaux ont appris à apprécier et à compter sur l’événement pour soutenir leur petite économie, essentiellement basée sur le tourisme. C’est pourquoi les habitants de l’île sont accueillants et entretiennent des relations très positives avec les personnes qui assistent aux courses, y compris avec la petite force de police (largement dépassée) qui aide à coordonner et à superviser l’événement.

L’histoire du Tourist Trophy !

Au début du siècle, les courses de motos en Europe n’en étaient qu’à leurs débuts, mais leur popularité n’en était pas moins croissante. En 1903, le Parlement britannique a adopté une loi interdisant aux motards de dépasser les 20 miles par heure, ce qui a conduit Sir Julian Orde, secrétaire de l’Automobile Club of Great Britain and Ireland, à se rendre sur l’île de Man dans l’espoir de trouver des autorités plus favorables à la course. L’île avait son propre Parlement, ce qui signifiait qu’elle n’avait pas à se conformer à la loi du Parlement britannique. Le tout premier TT a eu lieu en 1907 grâce à la loi de 1904 du Parlement de l’île de Man qui autorisait les courses sur route.

L’Auto Cycle Union (ACU, anciennement Auto Cycle Club) a organisé la course inaugurale, connue sous le nom d’Auto Cycle Tourist Trophy, une course de 10 tours sur le parcours court de l’île, le St John’s Short Course, qui représentait tout de même plus de 15 miles par tour. En 1911, le TT est passé à un parcours nettement plus long de 37,73 miles (le parcours de Snaefell, alors de 37,40 miles). À cette époque, le TT se composait de deux catégories, le Junior TT 350cc et le « Blue Riband Event », le Senior TT 500cc. Bien que les machines aient changé au cours du siècle dernier, le Senior TT reste la plus grande course de l’événement et le trophée le plus convoité par les concurrents.

Il y a eu une poignée d’années où le TT n’a pas eu lieu en raison de la première et de la deuxième guerre mondiale. Le premier arrêt a eu lieu de 1915 à 1919, pendant la première guerre mondiale. En 1922, deux ans après le retour de la compétition sur l’île, la catégorie TT Lightweight 250cc a été ajoutée, tout comme la course Side Car TT à l’allure effrayante l’année suivante. De 1940 à 1945, au cœur de la Seconde Guerre mondiale, le parcours de montagne n’a à nouveau accueilli aucune course. Lorsque les courses ont repris, elles se sont développées avec le Manx Grand Prix et les courses Clubman’s TT qui ont fait partie du calendrier des courses de l’île de Man au cours des années suivantes. En 1949, le parcours de Snaefell Mountain a été officiellement intégré au championnat du monde de Grand Prix de moto de la FIM, une petite ligue de course qui porte aujourd’hui le nom de MotoGP. Pendant les 27 années suivantes, le TT est devenu de plus en plus populaire à l’échelle mondiale.

Qui participe et pourquoi ?

Depuis la première course en 1907, le TT a accueilli certains des motocyclistes les plus talentueux du monde, issus de presque toutes les époques de l’histoire du sport mécanique à deux roues. Des légendes telles que Giacomo Agostini, Mike Hailwood et Joey Dunlop se sont toutes affrontées sur le parcours de l’île, remportant chacune une victoire au Senior TT. Les prix sont devenus beaucoup plus modestes depuis le départ du Grand Prix de l’île, mais la passion des concurrents pour le TT n’a pas changé.

En général, les seuls coureurs qui gagnent de l’argent, voire qui atteignent le seuil de rentabilité, sont ceux qui terminent dans les trois premiers. Bien que les sponsors aident à réduire le coût de la compétition, ceux qui viennent ici le font souvent pour l’amour de la course de moto et non pour se remplir les poches. En fait, la plupart des coureurs de TT ont un emploi régulier pendant la majeure partie de l’année. Deux exemples assez récents sont l’ancien coureur australien Cameron Donald, qui travaille comme plombier, et la super star actuelle Guy Martin, qui travaille comme mécanicien de camions. Ainsi, alors que les coureurs de GP d’aujourd’hui bénéficient de gros salaires, ceux qui participent au TT le font pour le plaisir, pour faire partie d’une tradition et pour espérer gagner la plus prestigieuse des courses sur route.

Les hommes et les femmes qui viennent concourir sur le parcours de montagne non seulement consacrent leur vie, mais la risquent aussi chaque fois qu’ils s’élancent sur Bray Hill, le point de départ du circuit. Ils dépensent d’innombrables sommes d’argent et utilisent leurs rares jours de vacances pour prendre part au TT, simplement pour une chance de gloire ou pour réaliser un rêve d’enfant. Ce sont ces forces vives et populaires qui contribuent à façonner la personnalité unique du TT jusqu’à aujourd’hui.

La préparation nécessaire à la participation au TT est stupéfiante. En plus des années nécessaires pour mémoriser le parcours de 37,73 miles, ceux qui aspirent à participer au TT doivent d’abord prendre part à plusieurs autres courses qui se déroulent également sur des routes publiques fermées en Irlande, juste pour être autorisés à concourir ici. Ce n’est qu’après une poignée de saisons passées à se faire les dents sur des courses sur route telles que le NorthWest 200 et le Grand Prix d’Ulster que vous pourrez être admis au TT. Le simple fait de figurer sur la grille de départ du TT est un exploit monumental.

Ceux qui participent au TT ont acquis une notoriété unique qui définit souvent qui ils sont en tant que personne, tant sur la piste qu’en dehors. Ils risquent tout dans la poursuite de la gloire sur deux roues et ont rassemblé un public non seulement pour leurs prouesses en course, mais aussi pour les personnages sympathiques qui ont émergé des rangs du TT. Des personnalités plus grandes que nature ont donné naissance aux favoris des fans comme le franc-tireur bien-aimé Guy Martin et John McGuinness, 23 fois vainqueur du TT, qui n’est qu’à trois courses de battre le record de tous les temps détenu par la légende de l’IOM, Joey Dunlop. Le flambeau a été transmis au neveu de Joey, Michael Dunlop, qui est l’un des coureurs de TT les plus rapides d’aujourd’hui.

Particularités de la direction de course !

Au fil des ans, les organisateurs du TT ont dû trouver des moyens de minimiser les risques liés à la participation. L’un des moyens d’y parvenir est l’utilisation d’un format de contre-la-montre dans lequel chaque coureur s’élance individuellement par intervalles de dix secondes via un « clutch-start » au lieu d’un départ groupé traditionnel. Cela permet aux coureurs d’avoir plus d’espace et de réduire le nombre de courses dangereuses de roue à roue dans un espace aussi restreint.

L’événement se déroule sur deux semaines, les sept premiers jours étant consacrés aux qualifications et aux essais, la deuxième semaine étant consacrée aux courses proprement dites. Il y a sept épreuves au total : Le très convoité Senior TT, le Super Stock TT, le Superbike TT, le SuperSport TT, le Lightweight TT, le Side Car TT et le Zero TT récemment ajouté, une course spécifique aux motos électriques.

Les épreuves varient en nombre de tours ainsi que les règles d’éligibilité des motos en fonction de la cylindrée et des modifications autorisées dans chaque épreuve. Le Senior TT consiste en six tours du circuit de 37,73 miles, une distance totale plus longue qu’un voyage de New York à Boston ou la moitié de la distance de San Francisco à Las Vegas, le tout en une heure et quarante-cinq minutes environ. Dans certaines épreuves, les coureurs doivent faire un arrêt au stand pour faire le plein et changer de pneus. Ce temps est inclus dans le temps total de chaque coureur.

Ce qui rend le TT si spécial !

Mis à part des événements individuels tels que le Grand Prix de Macao, l’Irlande et Pikes Peak, le TT est à peu près le seul endroit au monde où les routes publiques sont fermées dans le but d’organiser des courses de moto à plat. Essayez d’organiser un événement de ce type ailleurs dans le monde et vous verrez que c’est presque impossible. La tradition et la signification culturelle sont deux des seules raisons pour lesquelles le TT est légalement autorisé dans le monde actuel, obsédé par les litiges et la responsabilité.

De nos jours, la plupart des pistes de course construites à cet effet, comme celles utilisées en MotoGP, font moins de quatre miles de long et comportent en moyenne entre 15 et 20 virages. Il est essentiel de se familiariser avec un circuit pour aller vite, c’est pourquoi les coureurs passent du temps à le mémoriser en regardant des images embarquées, en marchant ou en faisant du vélo ou du scooter avant la course. Alors que la sécurité sur les pistes et l’équipement des pilotes ont fait d’énormes progrès au cours du dernier demi-siècle, les sites de GP ont été obligés d’avoir des zones de sortie de piste de 30 mètres de long à l’extérieur de chaque virage. À l’île de Man, vous avez des berges de 30 mètres, des murs en béton et des barrières, si vous avez de la chance.

Comparé à ces véritables circuits de course, le circuit TT de 37,73 miles compte plus de 200 virages que les concurrents doivent mémoriser. L’élévation du circuit va du niveau de la mer à 1 300 pieds. Cela signifie que les coureurs doivent mémoriser chacun des virages du parcours. Si un coureur confond le virage 183 avec le virage 184, cela peut faire la différence entre une chute et un gain d’une fraction de seconde sur son temps au tour. C’est pourquoi la plupart des coureurs expérimentés estiment qu’il faut environ trois ans pour mémoriser le parcours du TT. Mais il n’y a pas que les virages que les coureurs doivent affronter.

Contrairement à un circuit fermé, ces étendues d’asphalte n’ont pas été construites dans le but de faire des courses. Les routes qui constituent le légendaire parcours du TT sont entretenues par le service des travaux publics, elles sont rugueuses, inégales et constituées de différents types de surface. Il faut ensuite tenir compte du « mobilier », c’est-à-dire des bordures, des murs de pierre, des lampadaires, des arbres et des bâtiments qui bordent l’ensemble du parcours du TT. Ces éléments ne peuvent pas être enlevés pour les courses et présentent donc un réel danger pour les coureurs.

Ajoutez à cela que ces coureurs doivent faire avancer leurs vélos de plus en plus rapides sur le parcours, passant à toute vitesse devant des murs de pierre et autres objets inamovibles, à des vitesses que la plupart d’entre nous ne connaîtront jamais de notre vivant. Alors que les motos deviennent de plus en plus rapides, le parcours devient de plus en plus mortel. Le parcours comporte des obstacles uniques qui compromettent également le bien-être des coureurs, notamment une poignée de ponts et de rapides changements d’altitude qui peuvent propulser leurs machines dans les airs, parfois jusqu’à un mètre du sol lorsqu’elles sont à pleine vitesse.

C’est essentiellement ce qui rend l’île de Man si dangereuse. Il s’agit d’une combinaison de courses sur des routes publiques bordées d’objets avec lesquels aucun pilote ne veut entrer en collision, d’un nombre ridicule de virages, le tout devant être navigué depuis le siège des motos les plus puissantes du monde. Cela donne des courses passionnantes à regarder mais très dangereuses. Les machines devenant de plus en plus rapides au fil des années, de plus en plus de concurrents ont perdu la vie sur le célèbre parcours de montagne. À un moment donné, la FIM a pris la décision de retirer le TT du calendrier du Grand Prix en 1977, car il était trop dangereux pour qu’elle puisse soutenir d’autres courses à cet endroit. Cette décision monumentale a façonné le TT pour en faire ce qu’il est devenu aujourd’hui.

Le TT a toujours eu des organisateurs et une direction officielle, mais le nombre de personnes nécessaires pour organiser un événement sur un circuit aussi massif est stupéfiant. C’est pourquoi le TT fait appel à des commissaires de piste bénévoles qui s’occupent de tout, du signalement des accidents au balayage des débris. Sans ces centaines de bénévoles, le TT ne serait pas possible. Cela en dit long sur l’enthousiasme et la passion des habitants pour cet événement.

Un autre aspect unique du TT est l’accès du grand public au paddock. Contrairement aux courses MotoGP et WSBK, où les stands sont interdits à toute personne autre que les membres de l’équipe et parfois la presse, le TT permet aux fans de se promener ouvertement dans la zone du paddock et de se mêler aux stars du TT. Cela a créé un événement beaucoup plus intime, orienté vers la communauté, contrairement à l’accès restreint que l’on rencontre dans les nouvelles séries FIM. L’île prend également ce qui a été décrit comme une « atmosphère de carnaval » avec des fêtes et des spectacles non-stop la nuit et entre les courses.

Une pratique de sécurité très intéressante qui s’est développée par nécessité est la méthode unique employée par les unités d’intervention médicale au TT. Comme le parcours s’étend sur près de 40 miles, sur des routes de campagne étroites à deux voies, le temps de réponse des ambulances est trop long. Attendre une équipe d’intervention mobile peut faire perdre un temps précieux, et les hélicoptères n’ont généralement pas assez d’espace pour atterrir.

La solution à ce problème était simple, mais brillante. Des médecins traumatologues expérimentés, comme le Dr John Hinds, qui a été le pionnier de ce concept, s’élancent quelques secondes après les coureurs et les suivent à une vitesse proche de celle de la course, de sorte que chaque classe est suivie par un médecin. Le fait de suivre les coureurs sur leurs propres super-motos spécialement conçues et équipées de tout le matériel médical nécessaire s’est avéré être la meilleure procédure pour ce style de course particulier. Elle permet au personnel médical d’être à quelques minutes de tout accident sur le parcours. Le reste de l’équipe médicale se rend alors sur le lieu de l’accident en utilisant des hélicoptères et des ambulances si le besoin s’en fait sentir, s’ils doivent aider davantage le pilote médical sur place. Au fil des ans, ces équipes médicales ont appris de plus en plus sur les types de blessures courantes au TT et sont préparées à y faire face à chaque course.

Malheureusement, le Dr John Hinds a perdu la vie à la suite d’un accident survenu lors d’une dangereuse course sur route en Irlande du Nord, mais sa contribution au TT a déjà sauvé d’innombrables vies. Comme vous pouvez vous y attendre, la mort fait malheureusement partie de la routine du TT.

Outre l’habileté évidente dont font preuve les coureurs et l’excitation qui accompagne cette démonstration d’habileté et de force d’âme, le TT présente un autre attrait majeur pour de nombreux amateurs de deux-roues. Pendant les quinze jours du TT, les routes publiques qui composent le circuit sont fermées, avec de petites fenêtres d’opportunité qui permettent au trafic normal de se frayer un chemin entre la conclusion et le début du programme de course le matin. Mais il y a aussi une période spéciale où la circulation publique n’est pas autorisée et où les courses ou les essais ne sont pas en cours, de sorte que le public est libre de faire un tour sur le parcours mondialement connu, sans limites de vitesse. La circulation n’est autorisée que dans un seul sens, car de nombreuses collisions frontales mortelles ont eu lieu avant que cette règle apparemment évidente ne soit promulguée. De nombreuses personnes qui ne participent pas officiellement à la compétition profitent de cette occasion pour s’essayer à ce parcours emblématique. Il n’est pas surprenant que cela ait conduit à un nombre encore plus élevé de décès attribués à cet événement.

Vies perdues sur le parcours de la montagne Snaefell

Le TT de l’île de Man est souvent considéré comme l’ultime terrain d’essai pour les pilotes et leurs machines, mais l’époustouflante démonstration d’adresse n’est pas la seule chose qui a rendu le TT si célèbre. Le risque qu’implique une course sur l’île est un attrait majeur de l’événement car, comme l’a dit un coureur, « neuf fois sur dix, si vous vous trompez par ici, vous êtes fini ».

Il n’est donc pas surprenant que le fait de pousser une moto à ses limites sur les routes de campagne ait entraîné plus d’une fois une tragédie. Depuis 1907, 251 personnes ont perdu la vie au TT. Sur ces 251 vies perdues, 146 étaient des concurrents officiels. Les 105 autres étaient des membres du public qui tentaient leur chance (ou non) sur le parcours entre les courses, ou des spectateurs qui se trouvaient au mauvais endroit, au mauvais moment.

1970 a été l’année la plus meurtrière du TT, avec un total de six décès pour cette seule année. Bien qu’il n’y ait pas de registre officiel, plusieurs spectateurs sont morts et des dizaines de personnes ont été gravement blessées, souvent à cause d’une moto qui a heurté le public à grande vitesse. Les spectateurs peuvent regarder le TT depuis l’un des centaines de points d’observation, de la tribune de Douglas à la cour ou au porche des centaines de maisons devant lesquelles passe le parcours du TT.

Comme vous pouvez le constater, le TT de l’île de Man a une histoire riche. L’année 2017 marque la 110e année de course et il y en aura probablement 110 autres car l’avenir du TT semble être en pleine croissance. La fréquentation continue de croître année après année, sans aucun signe de ralentissement. Récemment, il a été annoncé qu’un film hollywoodien sur le TT était en cours de production et le développeur de jeux vidéo Big Ben Interactive travaille actuellement sur un jeu sur le TT de l’île de Man, dont la sortie est prévue dans le courant de l’année 2017. Le TT est sans aucun doute l’une des courses les plus fascinantes, exaltantes et uniques jamais organisées et son avenir est assuré par les prochaines générations de fans et de concurrents.

1 réflexion sur “Tourist Trophy : Ce que vous devez savoir !”

  1. Ping : Histoire du MotoGp : Tout ce que vous devez savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.