Liste des catégories

#EWC #ActuPilote - ALEXIS MASBOU PILOTE AU JUNIOR TEAM LYCEE LE MANS SUD

#EWC #ActuPilote - ALEXIS MASBOU PILOTE AU JUNIOR TEAM LYCEE LE MANS SUD

L’Albigeois Alexis Masbou, pilote talentueux qui s’est fait connaitre et qui nous a fait vibrer en Championnat du Monde Moto3, sera au guidon de la Suzuki du Junior Team LMS en Endurance. Dans cette équipe dirigée par Damien Saulnier, il retrouvera ses amis de longue date Louis Rossi et Hugo Clere. Notre ami journaliste Arnaud Despelchain a pu lui poser quelques questions. Interview :

 

ALEXIS, NOUVEAU CHALLENGE POUR TOI ?

 

            Oui même si mon arrivée au junior s’est faite un petit peu par hasard ,j’ai passé beaucoup de temps l’année passée avec Louis Rossi et Hugo Clere qui a été mon coéquipier chez Moto Ain pendant deux saisons , puis quand ça s’est arrêté avec Yamaha j’avais une solution avec Tecmas  BMW pour faire le Bol d’or 2018 mais malheureusement il ne font pas la totalité du championnat ce qui était moins intéressant pour moi. J’ai eu des discussions avec Damien Saulnier et Suzuki pendant plusieurs semaines pour finalement trouver un accord et je suis très content de retrouver mes copains Hugo et Louis, de retrouver le team après mon passage en tant que quatrième pilote en 2011 lors du Bol d’or qui se déroulait à Magny-Cours où je roulais déjà avec un sarthois (Baptiste Guittet). C’était une période compliquée pour moi en Grand Prix ça s’est relancé par la suite c’est peut-être de ce fait que l’aventure avec le Junior n’avais pas continué.

 

 

TU VAS METTRE DE COTE LE CHAMPIONNAT DE FRANCE SUPERBIKE ?

 

            Pour l’instant il n’y a rien de précis, mon objectif c’est l’endurance dans les meilleures dispositions possibles, on va voir s’il y a autre chose qui se présente mais ce n’est pas une priorité. Je suis en train d’entamer ma seconde partie de carrière après trois saisons en endurance, je pense que le cap est franchi, c’est un championnat où je m’épanouis. Je n’avais pas connu de 1000 cc avant (moto3 250 4 temps) je prends beaucoup de plaisir à rouler sur ces motos même si j’ai encore des progrès à faire et quelques modifications à apporter à mon style de pilotage. Chaque année, je passe des caps, j’apprends des choses et je modifie ma préparation.

 

QUELLE IMAGE AS TU DE L’ENDURANCE ?

 

            Il faut voir l’endurance comme un championnat qui évolue tellement vite. J’ai l’impression que de course en course le championnat monte en puissance au niveau technique, au niveau performances des pilotes qui viennent de tous les championnats d’Europe et du monde pour y participer. Entre ma première épreuve au Bol en 2011 et fin septembre 2018 pour le Bol d’or, il y a eu une évolution énorme que ce soit teams, machines, pilotes, on voit que l’ensemble est en train de se structurer extrêmement vite et que l’endurance reste la meilleure voie pour se mettre en valeur dans un championnat très rapide. Pour moi qui aime bien avoir de la concurrence, ça me convient totalement. Je pense que j’arrive au bon moment dans cette catégorie à 31 ans tu es plus posé moins fou que quand tu en as 17 et que tu cherches à être devant en prenant tous les risques. Pour rouler en endurance, il faut avoir une certaine maturité, savoir attendre le virage d’après ou la ligne droite pour doubler et ne pas prendre de risques inutiles.

 

 

LE JUNIOR EST IL UN TREMPLIN POUR TA CARRIERE ?

 

            Oui absolument. Pour moi le junior est l’une des meilleures équipes en catégorie Stocksport et en championnat c’est une équipe avec Damien Saulnier qui connait parfaitement l’endurance, qui travaille beaucoup avec Suzuki, qui est très proche du SERT (Suzuki Endurance Racing Team). Je pense que ce sera une saison où je vais emmagasiner beaucoup d’expérience et progresser grâce à Hugo Clere et à Louis Rossi. En plus nous nous entrainerons avec Clément Stoll et Johan Nigon et je pense que chacun pourra apporter quelque chose à l’autre.

 

 

VOUS REUSSISSEZ ENFIN A ROULER ENSEMBLE AVEC LOUIS ROSSI ?

 

            On est très heureux, on me parle beaucoup de Louis mais je suis aussi très très proche d’Hugo, on a été vice-champions du monde il y a deux saisons. J’ai vécu avec Hugo de belles expériences en endurance lors de ma première course. Lorsque je me suis fait débarquer des Grands Prix, gagner le Bol d’or dès cette première épreuve de 24 heures a été pour moi quelque chose de merveilleux surtout que l’on a terminé la course à deux. J’ai déjà d’énormes souvenirs avec Hugo en endurance et on a énormément sympathisé et avec Louis ça fait tellement longtemps que l’on se connait, je pense que l’on va passer de très bons moments dans le box et que cela va se ressentir sur la piste. Et si on arrive à ramener des trophées chaque week-end de course on sera les plus heureux.