Liste des catégories

MotoGP, la conférence de presse du Monster Energy Grand Prix de France

 

Après un café d'accueil très vite avalé (nous sommes arrivés juste à l'heure à cause des bouchons parisiens), nous voici installés pour la présentation du Monster Energy Grand Prix de France 2014. Bien entourés par les charmantes Monster Girls, Rémy Tissier d'Eurosport et Claude Michy, le promoteur du Grand Prix, ouvrent cette conférence de presse par un petit retour sur le superbe GP d'ouverture au Qatar puis par les remerciements aux partenaires et à la presse.

 

Jacques Bolle, le président de la FFM, est invité à prendre la parole et rappelle les excellentes relations entre la Fédération et l'organisation du GP de France. La FFM, «c'est l'autorité et l'assistance sportive sur le circuit Bugatti» explique Mr Bolle, «c'est le très bon travail des commissaires et de l'ensemble du personnel ». La FFM «aide aussi les 5 pilotes français engagés avec un petit plus pour Mike Di Meglio, le seul en MotoGP» déclare-t-il avant d'appeler Pierre Fillon, le président de l'ACO à prendre le micro.

 

Pierre Fillon revient sur les travaux des différentes infrastructures sur le circuit manceau et les améliorations apportées pour l'évènement du Grand Prix et des autres rendez-vous de l'année (24h du Mans, Championnat de France Superbike). « Un effort est porté sur le confort d'accueil, nous sommes engagés pour le sport moto au Mans » déclare-t-il. Il profite de la présence dans la salle des frères Sarron, Dominique et Christian. Il rappelle que Christian Sarron a été Champion du Monde il y a 30 ans et que les deux frères ont remporté le Bol d'Or il y a 20 ans. On apprend à ce moment que Johann Zarco portera leurs couleurs pour le GP de France les 17 et 18 mai prochain.

 

Les pilotes vont maintenant prendre la parole. Jules Danilo est le premier (le plus jeune) à être appelé par Rémy Tissier. Il nous rappelle son parcours, commençant par la Chine, où il a fait ses études et surtout où son papa est devenu Champion en SBK. C'est évidemment ce qui lui a donné l'envie. Il revient sur sa participation à un premier GP en mondial au Mans. «de bons essais et malheureusement une chute en course le dimanche » nous dit Jules. «Je me suis mis la pression aux essais... ...encore une fois je chute au dernier tour ». Il ajoute :  « J'aimerai progresser tout au long de la saison, rentrer dans les points et canaliser mon stress ». Le 18 mai 2014, ce sera donc la course mais ce sera également le jour de son anniversaire, un signe sûrement comme dit Claude Michy.

 

C'est Alexis Masbou qui avance à son tour. C'est cette année sa 9e saison en Grand Prix. « Ca passe vite, j'ai l'impression que c'était hier » dit Alexis. En nous rappelant ses années passées, il ajoute :  « je me bats pour rester en Grand Prix, j'ai une progression plus régulière ». Alexis Masbou, qui a eu les soucis de santé que l'on sait, fait des sports de combat pour « gagner en agressivité sur la piste, en rapidité aussi » nous dit-il. Sa compagne est boxeuse et ils s'entrainent tous les deux pour « travailler la vitesse ». Quand il parle de sa santé, il explique :  « Je vais beaucoup mieux, mais je ne serai pas à 100% à Austin. » Il termine en annonçant ses objectifs pour la saison :  « J'ai été surpris par le bon en avant des Honda, j'ai fait le record du tour au Qatar... ...mon objectif ? Être dans les cinq au Championnat et commencer par faire des podiums. » (Retrouvez Alexis dans notre interview vidéo à venir)

Louis Rossi, son ami et confident est appelé. Ce GP au Mans est particulier pour lui. Il est Sarthois et a gagné il y a deux ans, tout le monde s'en rappelle. « C'est un GP très particulier, je suis chez moi et on l'a gagné » dit Louis. « Il y a encore beaucoup de chemin à faire pour le gagner en Moto2... ...L'an passé a été une leçon pour moi malgré quelques courses honorables. » ajoute t'il. « ZELOS a sauvé ma carrière ». Claude Michy annonce à cet instant que Louis permettra lors du GP de France à des chanceux de remporter un casque et une combi dédicacés, des bottes et des places paddock également.

 

La parole est ensuite donnée à Johann Zarco. Venu avec Laurent Fellon, Johann nous dit vouloir être aussi performant pour le GP de France qu'en 2011. « 2012, c'était sous la pluie, je suis longtemps resté deuxième et finalement je tombe, c'est une douleur qui a du mal à passer » explique Johann. En parlant de sa première course au Qatar, il revient sur la chute collective et dit : « Au Texas, j'irai demander des explications aux pilotes pris dans cette chute » Le pilote Moto2 Caterham, qui l'a gardée en travers de la gorge, est coupé par Claude Michy qui lui explique que c'est un fait de course et qu'il l'aura oubliée à la fin de la saison.

L'homme le plus attendu aujourd'hui certainement, le pilote numéro 1 français en l'absence de Randy De Puniet, comme ont dit Rémy Tissier et Claude Michy, vient enfin devant nous. Dans son polo bleu Avintia, Mike Di Meglio prend le micro tendu par Johann. La première question, c'est bien sûr sa première course en MotoGP au Qatar. Le Toulousain s'explique :  « On a eu des soucis de frein tout le weekend, je suis tombé deux fois... ...Ca sert de leçon, c'est tout nouveau pour moi, il faut faire course après course ». Blessé en rentrant en France, une fracture du tibia lui a été diagnostiqué fin de semaine dernière. Il devra donc vite récupérer pour Austin. Mike :  « Sur la moto, on ne pense plus à la douleur... ...je me fais une piqûre chaque matin pour éviter des soucis » Il revient lui aussi sur la saison passée (très difficile pour Mike) avec cette double fracture, il avait changé trois fois de chef mécanicien, une saison à oublier. Rémy Tissier lui demande à cet instant ce qu'il pense des Open. Mike répond :  « On voit que les Open sont très vite, nous on a une moto toute jeune, on attend des améliorations aussi » et conclut son intervention par l'opération qu'il lance : Bmyteam. C'est la possibilité, pour ce GP de France, de poser votre photo sur le casque ou la moto de Mike pour la course. (Tous les détails dans l'interview vidéo à venir)

 

La conférence de presse prend fin. Après les remerciements, c'est le moment pour les photographes et les journalistes d'approcher les cinq pilotes. L'occasion, comme pour nous, d'aller les saluer et de discuter avec eux. Merci messieurs pour votre disponibilité et pour cette belle image que vous donnez pour le sport moto.